Ozone : mini-bombes nucléaires, mega-dégâts

Blog sciences Libération du 7 Avril 2008

Bombenevadajour

Tout conflit nucléaire, même régional, aurait des conséquences graves pour l'ensemble de la population mondiale. La démonstration est publiée aujourd'hui par la revue de l'Académie des sciences américaine (PNAS). Avec comme exemple les effets d'un échange de missiles nucléaires entre Inde et Pakistan sur la couche d'ozone stratosphérique.

L'équipe de scientifiques américains qui signe l'article est composée de spécialistes de l'atmosphère, de sa chimie plus particulièrement. Elle a étudié ce qui se passerait si l'Inde et le Pakistan échangeaient des missiles chargés d'ogives nucléaires pour un total équivalent à cent fois la bombe qui rasa Hiroshima.
Si cela vous semble beaucoup, sachez que les deux pays disposent d'une telle puissance. Quelle ne représente que... 0,1% du stock mondial de bombes nucléaires. Et que l'hypothèse d'un tel conflit fait partie des scénarios de wargame des généraux américains tant les deux pays ont du mal à gérer les suites de leur affrontement à propos du Cachemire lors de leur accession à l'indépendance.

Résultat de l'étude : le panache d'aérosols et de particules injecté jusque dans la stratosphère par les

explosions provoquerait une série de réactions chimiques conduisant à détruire l'ozone stratosphérique, celui qui protège tous les êtres vivants contre les rayons UV du Soleil, casseurs de molécules biologiques, dont l'ADN. Une destruction qui serait plus efficace et de plus longue durée... au dessus des pays tempérés et des hautes latitudes. Bref, n'espérez pas échapper aux conséquences d'un conflit nucléaire, quelle que soit sa localisation.

--Précision: (ajout après une série d'échanges dans les commentaires)
Le scénario étudié par les chercheurs est fondé sur les incendies urbains qui seraient déclenchés par un tel conflit. Selon leurs calculs, ils projeteraient 5 Tg de "suies noires" (Black carbon en anglais) dans la haute troposphère. Ce sont ces particules qui seraient à la base des processus photochimiques en cause dans la destruction de l'ozone. Comme les essais de bombes nucléaires ont été menées soit dans des déserts (sans même de végétation à bruler), soit directement dans l'air, soit en souterrain, ils n'ont pas pu déclencher de tels incendies et donc la suite du processus. Désolé de ne pas  avoir indiqué ces éléments dans le post initial.
Sylvestre Huet --

Ballisticmissile_inde_2 De manière plus détaillée, l'étude affirme qu'environ 20% de l'ozone atmosphérique serait détruit à l'échelle de la planète. Cette destruction atteindrait enre 25 et 45% aux moyennes latitudes. Et entre 50 et 70% aux hautes latitudes de l'hémisphère nord. Ces niveaux de destruction persisteraient durant cinq années environ. Et il faudrait attendre au moins dix ans pour que la couche d'ozone stratosphérique se reconstitue entièrement.

Ces résultats peuvent surprendre par leur ampleur pour un conflit mettant en jeu une aussi petite partie du stock mondial de bombes nucléaires. C'"est une meilleure compréhension de la chimie atmosphérique qui a conduit les spécialistes à réévaluer à la hausse, et très haut, les conséquences environnementales et sur la santé humaine d'un conflit nucléaire, même réduit.

En effet, au début des années 1980, les scientifiques américains et soviétiques qui avaient travaillé sur "l'hiver nucléaire" que provoquerait une guerre USA/URSS n'avaient pas trouvé un tel niveau de destruction. Mais les progrès réalisés depuis en chimie de l'atmosphère, en raison des craintes nées du "trou d'ozone" Lozone_en_2004 au dessus de l'Antarctique - provoqué par nos émissions de gaz type CFC - ainsi que pour simuler l'évolution du climat, ont fait douter de ce résultat. Y compris les auteurs de ces travaux qui ont joué un grand rôle pour alerter l'opinion publique et alimenter le combat pour le désarmement nucléaire puisque l'on relève parmi les signataires de l'étude Richard Turco. Ce dernier, aujourd'hui à l'Université de Californie à Los Angeles, avait participé à ces travaux et  écrit un livre grand public sur "l'hiver nucléaire", avec le célèbre astrophysicien Carl Sagan.

Cet article fait suite à une autre étude, parue en mars 2007 dans la revue Science, dont j'avais rendu compte dans Libération. Elle avait tenté d'estimer les dégâts - morts immédiats, destructions agricoles etc..., de divers scénarios de "mini-guerres nucléaires" entre Inde/Pakistan, Inde/Chine, Israël/Egypte, France/Iran, Chine/Japon, etc. Sur la base d'arsenaux nucléaires existants ou imaginables. Le résultat: quelques mini-guerres, mettant en jeu 0,3% de l'arsenal mondial, provoquerait la mort de plus de millions de personnes que tous les champs de batailles et bombardement de civils de la seconde guerre mondiale.

L'alerte lancée par ces scientifiques souligne à quel point il est nécessaire de conduire une politique permettant le désarmement nucléaire et la non-prolifération. A cet égard, les précautions à prendre portent sur le nucléaire militaire, mais aussi le nucléaire civil pour la génération d'électricité. Lire le point de vue du Haut Commissaire à l'énergie atomique, Bernard Bigot, dans Libération (page une,  page deux).

Elle souligne aussi  à quel point les discours de certains responsables politiques, voire de chefs d'Etat sont... irresponsables. Jacques Chirac laissant échapper dans une interview (puis intervenant pour faire enlever la phrase) "ce ne serait pas si grave si l'Iran se dotait de quelques bombes nucléaires" (lire le récit de cet épisode dans le dernier Courrier International par la correspondante du New York Times). Ou Nicolas Sarkozy évoquant l'idée d'une frappe nucléaire "préventive" dans l'atmosphère, au dessus d'un pays menaçant la France. Sans parler de la mise au point de "mini-bombes" nucléaires par les militaires et le gouvernement américains afin d'abaisser le "seuil nucléaire" dans un guerre conventionnelle. Si la diminution des tensions entre les deux pays capitalistes que sont la Russie et les Etats-Unis a fait croire que le combat pour le désarmement nucléaire était moins urgent, les scientifiques viennent souligner à quel point il est nécessaire.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×