Le bassin versant du Missouri pourrait être touché par un puissant séisme comparable à celui de 1811-1812

Le bassin versant du Missouri pourrait être aux veilles d'un puissant séisme comparable à celui de 1811-1812

La zone séismique de New Madrid se situe à la verticale d’un rift antique avorté, le rift de Reelfoot.

De nombreuses questions se posent : Et si le séisme du 12 Février 2010 en Haïti avait réactivé le Rift de Reelfoot et la marge passive de Charleston ?

Il y a environ 550 millions d’années, un rift avait commencé à se former. Son expansion s’est arrêtée et, au fil des millénaires, des sédiment l’ont comblé.

Il y a 180 millions d’années quand l’Océan Atlantique commençait à s’ouvrir un nouveau rift avait commencé en se développant sur l’actuel Charleston.

Depuis, La marge continentale de l’Amérique du Nord s’est déplacée, sur des milliers de kilomètres à partir de son centre de propagation, mais la croûte autour de Charleston, connue sous le nom de marge passive, tout comme le rift de Reelfoot, en est restée en l’état latent d’inactivité.

Si tel est le cas, les aléas sismiques se multipliant et les magnitudes allant s’amplifiant, dans un premier temps s’étalonnant entre 1.9 et 2.5, et oscillant présentement entre 3.5 et 4.3, sur l’échelle ouverte de Richter, le bassin versant du Missouri est aux veilles d’un puissant séisme comparable à celui de 1811-1812.

L’étude est en cours mais les appels d'offres de la FEMA pour des couvertures et paniers repas sonnent l'alerte surtout quand des exercices de simulation d'un big one sont programmés pour mai prochain  http://blog.fema.gov/2010/12/70-earthquake-in-midwest-planning-for.html

Cette faille continentale n'est pas la seule au monde. Ainsi je relève la note de l'étude sur les mesures GPS (voir RENAG : http://www.dstu.univ-montp2.fr/PERSO/chery/RENAG/SO_RENAG_2007_v2.htm#_Toc117050629 )

Les développements récents en paléo-sismologie montrent qu'il peut se produire des séismes de forte magnitude en milieu intra-continental sur des failles lentes. C'est le cas en Mongolie, dans la région de New Madrid dans le centre des Etats-Unis, ou plus proche de nous, en Belgique (faille de Bree) et même en France (faille de Nîmes). D'autre part, de nombreux exemples montrent que le cycle sismique ne suit pas des modèles simples et que les séismes ne surviennent pas de façon régulière (comme un séisme caractéristique d’un modèle périodique par exemple), mais plutôt par crises ou amas. L'irrégularité des temps de récurrence et la présence d'amas temporels de séismes semblent être spécialement marquées dans le cas des zones tectoniques à déformation lente (vitesse de glissement des failles 1 mm/an ou moins).

Ainsi l'observation de crises sismiques sur une faille lente peut conduire à une surestimation de l'aléa sismique. A contrario, l'absence de sismicité sur une longue période ne permet pas d'exclure l'apparition de séismes rapprochés dans le temps.

=========

Cet autre site américain décrit les raisons des inquiétudes http://endoftheamaericandream.com/archives/is-the-new-madrid-fault-earthquake-zone-coming-to-life et l'émission ABC explique les risques http://www.youtube.com/watch?v=7wVYS5Be-vg&feature=player_embedded

Six fois plus grande que la zone de faille de San Andreas en Californie La zone de faille de New Madrid s'étend sur l'Illinois, l'Indiana, le Missouri, l'Arkansas, le Kentucky, le Tennesse et le Mississippi. Le plus gros tremblement de terre de l'histoire des États-Unis était sous cette faille.


Selon le Geological Survey pus de 500 tremblements de terre ont été enregistrés dans le centre de l'Arkansas depuis septembre 2010. D'où les questionnements des scientifiques pour connaître précisément les causes de cette activité sismique récente. Un séisme de  magnitude 3,8 a secoué le centre-nord de l'Indiana le 30 décembre dernier. Selon les géologues de l'État ce phénomène très irrégulier est extrêmement rare. Pour eux  cette secousse est "sans précédent".

Le tremblement de terre, ressenti en l'Ohio, Illinois, Wisconsin et Kentycky, aurait été assez fort pour provoquer des fissures dans le sol. Les morts récentes d'oiseaux et de poissons en Arkansas, au Kentucky, en Louisianne, non encore élucidés pourraient peut-être avoir un lien avec l'activité sismique sous la faille de New Madrid.

En 1811 et 1812, il y a eu quatre tremblements de terre si puissants dans la zone de la faille de New Madrid qu'ils restent dans les mémoires sismiques. Ils ont été estimés à une magnitude de plus de 7,0, ce qui représente des secousses gigantesques. Il est dit que ces tremblements de terre ont ouvert de profondes fissures dans le sol, que le courant de la rivière Mississippi a changé de sens et qu'ils ont été ressentis jusqu'à Boston. Le dernier tremblement de terre majeur à avoir frappé la région en 1968 avait une magnitude de 5,4, dans la ville de Dale, dans l'Illinois.

Certains croient que si un tremblement de terre assez puissant devait frapper la faille de New Madrid un jour, il pourrait modifier la géographie environnante au point de créer un point d'eau en plein centre des États-Unis.

liens :

http://www.ldeo.columbia.edu/ESSSA2009/ES-SSA-2009-Abstracts.pdf

ftp://ftp.eas.slu.edu/pub/incoming/Theses/Liu_SLU_PhD_97.pdf

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×