Activité du Volcan Eyjafjoll

Auteur  
# 11/05/2010 à 18:49 Le volcan Eyjafjoll (site web)
Comparée aux derniers jours, la décharge du volcan a commencé à diminuer; son action reste variable et susceptible de futurs changements.

Le panache est moins chargé en cendres (gris clair) et est monté hier à 4,5-6 km., dérivant SE.

Des retombées de tephras sont enregistrées à Skogar et Thorvalsdseyri; le bruit des explosions est percu jusqu'à 150-200 km.

Le niveau du trémor reste comparable depuis trois jours.

Niveau séismes : Dimanche, huit séismes ont été enregistrés, de magnitude comprise entre 1,2 et 2,1 , à une profondeur variant entre 0,8 et 28,2 km. ; ce matin, un séisme de M1,1 à 9,6 km. de profondeur.

Update - IMO 11h.35

un essaim de 22 petits séismes a frappé la région du volcan entre 11 h.03 et 11 h.28; la magnitude était comprise entre 0,2 et 1,8, la profondeur variant de 0,8 à 23,2 km.

Image

les événements antérieurs sont reportés ici
http://albert-nodon.e-monsite.com/forum-lire-249047.html#538571
http://albert-nodon.e-monsite.com/forum-lire-253075.html#549503
# 14/05/2010 à 13:07 Le jerk des pressions
Aujourd'hui la pression est plus basse sur l'Islande et une ligne de grain s'y installe à nouveau.

http://images.meteociel.fr/im/6488/anabwkna_saw7.gif
http://images.meteociel.fr/im/7338/semb24_ctm5.gif

Toutes les dépêches depuis le début du mois
Dépêche du 14 mai 2010 :

L'activité reste intense et stable sur l'édifice, produisant un panache important qui, pour le moment, fait "demi-tour" en direction de l'Islande après être passé au-dessus des îles Féroé. Comme nous le précisions hier soir, le panache a pu atteindre hier l'altitude de 9000 m et le VAAC de Londres garde donc le niveau d'alerte aviation au rouge. Le trémor est stable et la sismicité sous l'édifice est faible actuellement. Des éclairs sont toujours détectés dans le panache par l'IMO. Enfin, les GPS continent d'enregistrer des déformations de l'édifice concordantes avec une déflation. Sources: IMO; NORDVULK; OPGC-LMV; VAAC de Londres.

Dépêche du 13 mai 2010 :

Ce soir, le panache est très chargé en cendres et celui-ci a dépassé les 9000 m au cours de la journée avec une hauteur moyenne de 6000 m. Il est actuellement poussé vers le sud de l'édifice et des amis présents sur place viennent de nous décrire leur traversée en 4*4 de la zone sous les retombées de cendres très denses du panache. Il leur a fallu parcourir 15 km pour effectuer cette traversée sur la route passant entre le glacier Gígjökull et l'Atlantique aux environs de Holt. La rivière Markarfljót présente encore un débit important mais même si elle est encore grossie par la fonte des glaces, sa largeur ne fait plus que 150 mètres, ce qui laisse penser qu'il n'y a plus beaucoup de contact entre le magma et la glace. Au cours des explosions, l'observation à la lunette, depuis les zones hors des retombées de cendres, permet clairement de distinguer des blocs de lave de la taille d'un véhicule expulsés à la base du panache. Sources : comm. perso.; IMO.

Dépêche du 12 mai 2010 :

La crise sismique localisée sous l'édifice s'est calmée depuis hier matin mais l'éruption suit son cours. Les webcams montrent actuellement, entre les nuages, un panache toujours très chargé en cendres. Des éclairs sont à nouveau répertoriés depuis ce matin. Le bulletin d'aujourd'hui, coédité par le NORDVULK et l'IMO, indique que des chutes de cendres sont toujours abondantes dans les zones sous le vent. Une belle vidéo a été tournée par un caméraman de la chaine de télévision nationale Rùv : vous pouvez en profiter en cliquant juste là. Pour suivre la trajectoire du panache dans le ciel nord-européen, il n'y a qu'une seule adresse : celle du service HOTVOLC de l'Observatoire de Physique du Globe de Clermont-Ferrand et du Laboratoire Magmas et Volcans(OPGC-LMV). A noter que le VAAC de Londres maintient le niveau d'alerte au rouge et que des aéroports Marocain, Espagnols et Turques sont fermés aujourd'hui à cause du panache. Sources : NORDVULK; IMO; OPGC-LMV; VAAC de Londres; Iceland Review.

Dépêche du 11 mai 2010 :

Une nouvelle crise sismique est en cours depuis hier. Débutée un peu avant 12h00 (TU) elle se produit essentiellement entre 15 et 20 km de profondeur même si quelques secousses plus superficielles ont été enregistrées. Le NORDVULK indique dans son bulletin d'hier soir que cette sismicité indique que l'alimentation en magma depuis le manteau est toujours bien active. Par ailleurs, hier, vers 15(TU) le trémor a légèrement augmenté et s'est stabilisé à une valeur un peu supérieure à celle de ces derniers jours. Cependant, un ami sur place indiquait que le panache semblait, lui, moins important hier soir que les jours précédents. Ce dernier demeure malgré tout encore très bien alimenté ce matin (très belles images webcams) mais est rabattu par un vent puissant. Le NORDVULK ne voit toujours pas pour l'instant de signe d'affaiblissement de l'activité. Sources: NORDVULK; Comm.Pers.;Vedur.is; Imo. Mila.is.

Dépêche du 10 mai 2010 :

L'activité explosive se poursuit (les images webcam sont très belles ce matin) mais le NORDVULK a indiqué hier soir que l'éruption connait une lente baisse de puissance depuis quelques jours. Le trémor reste toutefois stable pour le moment, et les GPS enregistrent maintenant des déplacements du sol compatibles avec une phase de déflation. Les grondements liés à l'activité ont été perçus dans l'archipel des Vestmann, à une quarantaine de kilmomètres au sud-ouest de l'édifie, et même jusqu'à Vatnsdalur, à presque 200 km au Nord! Des chutes de cendres sont encore répertoriées dans les villages situés sous le vent. Le VAAC de Londres maintient le niveau d'alerte rouge et plusieurs aéroports étaient fermés hier encore en Espagne, au Portugal et en Italie. Sources: NORDVULK; Vedur.is; Eurocontrol; VAAC de Londres.

Dépêche du 09 mai 2010 :

Après l'annulation de plusieurs vols hier en France, l'activité aéroportuaire a repris son cours sur le territoire national. L'édifice continue de produire un panache de cendres important et le trémor connait depuis hier soir 21h00(TU) une augmentation légère. La coulée qui se met en place sous le Gigjokull est toujours alimentée mais de manière très faible. En conséquence son front ne progresse pas. Le NORDVULK indique que l'activité explosive, certes toujours importante, l'est toutefois moins qu'il y a 3 jours et précise qu'elle n'est pas comparable à celle qui a posé problèmes au mois d'avril. Sources: NORVULK; Vedur.is.

Dépêche du 07 mai 2010 :

Le panache est bien visible ce soir sur les webcams et est toujours aussi bien alimenté et chargé de cendres. Les chutes de ces dernières, toujours très abondantes dans les secteurs sous le vent,ont entrainé aujourd'hui la fermeture d'écoles (à Vìk par exemple) et les habitants reçoivent pour conseils de prêter masques à poussière et lunette, et de sceller leurs portes et fenêtres pour que la cendres n'entre pas dans les maisons. Le trémor reste faible mais stable ce soir. Sources: Mila.is; Vedur.is; Iceland Review.

Dépêche du 07 mai 2010 :

Le panache est toujours très important ce matin, très dense et chargé de cendres. Des observateurs ont estimé, dans la journée d'hier, que l'altitude a pu atteindre 9000m. Des chutes de cendres très importantes ont eu lieu à Þykkvabæjarklaustur, à environ 70 km de distance. Le trémor reste pourtant stable et assez faible, son amplitude étant actuellement à un niveau équivalent à celui du début de l'éruption (le trémor n'a commencé à véritablement monter en puissance que le 18 avril). La nouvelle webcam thermique pointée sur le glacier Gigjokull permet de voir les zones de haute température liées à la présence de la coulée. Celle-ci progresse maintenant sous la bordure Est de la langue glaciaire, alors qu'elle progressait jusqu'à présent sous la bordure Ouest. Cette coulée est désormais moins alimentée, ce qui se marque par une progression lente du panache de vapeur d'eau sur les webcams. Cette diminution de la composante effusive de l'éruption est à mettre en parallèle avec l'augmentation de l'explosivité (plus de magma emporté par les explosions = moins de magma disponible pour la coulée). Les GPS enregistrent toujours des déformations mais maintenant détectées par les appareils posés à l'est (déplacement horizontal vers l'est) et au sud (déplacement horizontal vers le sud) du sommet de l'édifice. Les données semblent indiquer que la déformation se concentre pour le moment sur le flanc sud-est. Sources: Vedur.is; Mila.is; NORDVULK.

Dépêche du 06 mai 2010 :

L'Eyjafjöll connaît actuellement des modifications sensibles de son activité sismique. Les secousses localisées à l'intérieur et sous le volcan (dans la croûte) se poursuivent et, selon le NORDVULK, semblent être liées à l'intrusion de nouveau magma. Cette donnée géophysique est à mettre en concordance avec les données des GPS qui semblent indiquer une nouvelle phase d'inflation qui affecte plutôt le versant nord de l'Eyjafjöll (interprétation à confirmer). En parallèle, le trémor lié à l'éruption en cours connaît depuis hier matin 09h00 (TU) une baisse constante et atteint ce matin des niveaux très faibles. Les nuages couvrant encore en ce début de journée le volcan, toute observation du niveau d'activité de surface est impossible. Cependant, différents observateurs (gardes côtes, pilotes d'avion, etc.) ont repéré à plusieurs reprises hier le panache. Ce dernier a pu atteindre les 8000 m d'altitude à 16h55 (heure locale ?). Le VAAC de Londres maintient le niveau d'alerte au rouge. Des chutes de cendres ont été recensées à plus de 70 km du site éruptif, à Sólheimaheiði, Hjörleifshöfði et Álftaver. Le son des explosions a, quant à lui, été perçu à plus de 200 km de là, empêchant certaines personnes de dormir ! Sources : Vedur.is; Mila.is; NORDVULK; IMO; VAAC de Londres.

Dépêche du 05 mai 2010 :

Alors que le trémor connait depuis peu une nouvelle phase d'augmentation légère, des informations complémentaires ont été données par le NORDVULK. Celui-ci indique que le panache est monté à près de 6000m de hauteur le 04 mai, et était visible à plus de 300 km de distance de l'édifice. Des chutes de cendres ont été rapportées le même jour à 80 km de distance. Le son des explosions a clairement été entendu en provenance de deux sources: le sommet et le glacier Gigjokull où la coulée continue sa progression (front estimé à une distance de 4 km de l'évent d'émission). Pour le moment, les volcanologues n'ont repéré aucun signe indiquant la fin de l'éruption. Sources: Vedur.is; NORDVULK.

Dépêche du 04 mai 2010 :

L'amplitude du trémor connait aujourd'hui une forte diminution qui contraste avec la sismicité interne qui, elle, repart plutôt à la hausse (12 secousses aujourd'hui dont les foyers s'échelonnent entre 1 et 21 km de profondeur, avec une concentration entre 12 et 15 km). Les webcams montrent toujours le panache de vapeur lié à la mise en place de la coulée sous-glaciaire. Sources: Vedur.is; IMO; Mila.is.

Dépêche du 04 mai 2010 :

On note, depuis hier matin, le retour d'une sismicité sous le sommet de l'Eyjafjöll avec des secousses dont les hypocentres (foyers) sont localisés entre 20 et 1 km de profondeur et dont la plus récente atteint une magnitude proche de 3. Toutes sont alignées suivant la direction de la fracture éruptive actuelle (sud-ouest nord-est). Les gardes-côtes islandais ont indiqué hier aux volcanologues que le panache montait à plus de 5000m d'altitude, indiquant une augmentation de la puissance de l'activité explosive. Parallèlement, des vols en direction et au départ de l'Irlande ont été annulés aujourd'hui en raison de "concentrations de cendres supérieures aux niveaux de tolérance acceptables fixés par les motoristes d'avion" (citation de l'IAA dans Le Monde). Le VAAC de Londres maintient le niveau d'alerte aviation au rouge ce matin. Outre le son des explosions, les volcanologues sur le terrain ont pu ressentir les vibrations du sol mais indiquent qu'elles ne sont plus ressenties à plus de 4 km de distance. L'amplitude du trémor a, quant à elle, amorcé hier à 15h00 (TU) une baisse. Sources : NORDVULK; IMO; Vedur.is; Le Monde; VAAC de Londres.

Dépêche du 02 mai 2010 :

Les webcams sont ce matin parfaitement dégagées et permettent de bien voir à la fois le panache marron lié à l'activité explosive sommitale (un panache dense et continue signe d'une activité toujours vigoureuse) et le panache blanc (vapeur d'eau) qui s'élève à travers la langue glaciaire Gígjökull et qui marque la position de la coulée de lave sous-glaciaire qui progresse toujours. Actuellement elle a parcouru plus de la moitié de la longueur du Gígjökull et si son alimentation ne faiblit pas il se pourrait qu'elle émerge au front du glacier d'ici la fin de la semaine prochaine (peut-être en milieu de semaine car elle arrive dans un secteur où la pente s'accentue). Le trémor, qui était stable depuis plusieurs jours, montre une tendance à la hausse depuis hier 18h00 (TU) environ. La protection civile islandaise a mis en ligne la carte de restriction d'accès (en islandais) qui englobe aussi bien l'Eyjafjöll que le glacier Myrdalsjökull sous lequel se trouve le volcan Katla. Le niveau d'alerte aviation est maintenu au rouge par le VAAC de Londres. Sources : Mila.is; Vedur.is; islande2010.mbnet.fr; VAAC de Londres.

Dépêche du 01 mai 2010 :

L'activité reste stable à l'Eyjafjöll. Le front de coulée avance et sa position est marquée par la présence de vapeur au niveau du glacier Gígjökull. Ce dernier continue de fondre et des décharges d'eau liquide font parfois gonfler, pour quelques heures, le cours de la rivière Markarfljót , dont le débit (généralement mesuré au pont de Markarfljót) peut monter à plus de 200m3/sec (contre environ 30m3/sec en temps normal). L'activité explosive continue de produire des panaches de cendres et le son des explosions est régulièrement entendu aux alentours de l'édifice. Des chutes de cendres, peu intenses, sont encore parfois décrites à quelques kilomètres du site de l'éruption (hier à Skògar par exemple). Les volcanologues ne détectent, à ce jour, aucun signe d'affaiblissement de l'éruption. Source : NORDVULK.


Les probables chutes

Plus que le Katla c'est un autre volcan qui inquiète les scientifiques qui redoutent le proche déclenchement de son activité : le Bárðarbunga
Image
Est-ce un autre volcan sur le point d'éclater en Islande?

L'activité sismique sous Bárðarbunga scientifiques a spéculer sur une possible éruption.
L'activité sismique a été en cours dans Bárðarbunga dans Vatnajökull depuis plusieurs semaines. Bárðarbunga est le plus grand volcan en Islande, situé dans le plus grand glacier du pays, Vatnajökull. Cette acitivité, disent les scientifiques, pourrait suggérer que le volcan est sur le point d'éclater ou de volcans dans cette région.

Depuis Eyjafjallajökull éclaté en avril, il ya eu des spéculations sur le volcan Katla. Après l'éruption de Katla Eyjafjallajökull a généralement suivi. Il ya, cependant, aucun signe que Katla est sur le point éclater. Bárðarbunga de Vatnajökull, d'autre part, a montré une activité sismique depuis plus de cinq semaines. Ari Gudmundsson Trausti géologue dit que plus d'une centaine de petits séismes ont été mesurées dans Bárðarbunga et la raison pourrait être une intrusion de magma en profondeur possible sous le volcan. Ari a donné le ministère de la protection civile et la gestion des urgences ses conclusions. Gudrun Johannesdottir un gestionnaire de projet avec le ministère dit que les scientifiques sont Pressan.is la suite de l'activité dans Bárðarbunga près.

Omar Ragnarsson, un passionné de volcan vif et ancien journaliste, a également été la suite de l'activité de près et a écrit dans son blog le 12 Mars:


Les lignes géopotentielles indiquent une différence entre le NO aux influences davantage polaires que le SE moins exposé
http://images.meteociel.fr/im/3936/Rtavn063_jjb5.png

La neige et la pluie qui devraient tomber localement contribueront à regonfler les nappes et épaissir la couche de glace avec des températures qui devraient rester sur une tendande davange polaire que continentale, au moins jusqu'à la semaine prochaine. La limite pluie neige devrait se poursuivre pendant les prochaines 126H, soit jusqu'à mardi après-midi.

Mais avec la ligne continentale 546 qui serait amenée à remonter haut au-dessus de l'Ecosse à partir de mardi précisément, nous ne pouvons que nous attendre à de nouveaux soubressauts du volcan dus aux différences de températures et probablement de modification dans les particules de l'atmosphère sous l'effet conjugué des particules du vent solaire.

Avec une activité solaire autant irrégulière et basse les moindre variations de ses émissions ont un retentissment certain sur les dynamiques des échanges Terre-Océan-Atmosphère. Qu'on se le dise. La Nature aura son dernier mot.
# 14/05/2010 à 13:09 Liens pour suivre l'activité des volcans
d'où sont extraites les précédentes analyses :
http://www.pressan.is/News/ReadIcelandicNews/is-another-volcano-about-to-erupt-in-iceland

http://www.activolcans.info/index.php

# 17/05/2010 à 06:47 Aéroport Heathrow fermé pendant 2 H
L'activité du volcan islandais en éruption, l'Eyjafjöll, a légèrement augmenté au cours des dernières 48 heures et le nuage de cendres a de nouveau atteint une altitude de 8.000 m, a indiqué samedi à l'AFP un vulcanologue islandais de l'Institut des sciences de la terre de l'Université d'Islande.

En Angleterre, les aéroports du nord et du centre étaient touchés, notamment Manchester, Liverpool, East Midlands, Sheffield, Birmingham et Teeside, ainsi que certains aéroports secondaires d'Ecosse et des îles écossaises. Les principaux aéroports écossais de Glasgow, Edimbourg et Aberdeen sont restés ouverts
# 17/05/2010 à 21:38 Nuage de cendres: 1000 vols annulés en Europe
L'aéroport d'Ostende est resté fermé de 08h00 à 10h00 ce lundi matin en raison de la concentration en cendres du nuage au-dessus de la mer du Nord. Les deux espaces aériens, le belge au-dessus de la mer du Nord et celui de l'aéroport d'Ostende, ont été rouverts en même temps, a indiqué le secrétaire d'Etat à la Mobilité Etienne Schouppe dans un communiqué. L'espace aérien belge au-dessus de la mer du Nord se trouve à nouveau en dehors de la zone "no fly" (noire). La zone se trouve désormais en zone "low contamination" (rouge). Il ne devrait pas y avoir d'autres perturbations dans l'espace aérien belge ce lundi.

Aux Pays-Bas, les aéroports d'Amsterdam-Schiphol, de Rotterdam et Groningue, fermés depuis 06h00, ont également rouvert à 13h00. Les restrictions ne concernaient plus que "la partie nord de l'espace aérien néerlandais", a précisé une porte-parole du service néerlandais de contrôle aérien. Selon le géophysicien islandais Magnus Tumi Gudmundsson, le volcan continue à être actif, et "il n'y a vraiment aucun moyen de dire" quand l'éruption se terminera.

Cinq cents vols prévus au départ et à destination de Schiphol lundi entre 06h00 et 14h00 ont été annulés, bloquant 60.000 passagers dans le monde, selon la même source

# 18/05/2010 à 00:33 Carte du réseau volcanique islandais (site web)
http://vulkan.blog.is/album/eyjafjallajokull/image/975240/

Les spécialistes islandais mesurent les retombées de cendres sur place pour estimer les m3 de magma. Ils estiment que les données révèlent que Eyjafjallajökull est déjà comparable à la taille de l'éruption sur Heimaey en 1973

http://vulkan.blog.is/blog/vulkan/

même si l'activité accuse une certaine baisse le taux de silice s'étant élevé de 57% lors de ce dernier pic du 13 mai cela témoigne d'une élévation de la température qui ne devrait pas s'estomper de si tôt selon les scientifiques. A en juger par l'étendue du réseau souterrain, nous n'avons pas de mal à le concevoir.
# 18/05/2010 à 00:36 relevés détaillés (site web)
pour suivre l'évolution des mesures
http://www.earthice.hi.is/page/IES-EY-CEMCOM
# 24/05/2010 à 13:23 Les éruptions ont cessé (site web)
Windchill sur le forum TDF effectue un suivi régulier de l'activité d'Eyfjafoll http://www.laterredufutur.com/html/phpBB3/viewtopic.php?f=42&t=15&p=1282#p1282

J'ai constaté que c'est suite à une période marquée par la persistance d'un taux d'électrons 2MeV* élevé que le phénomène a commencé en tout début de période nous gratifiant de ces incroyables éclairs (le taux d'électrons 2MeV reste encore élevé après une sensible baisse). La dernière crise s'est produite alors que les runs montraient la persistance de la limite pluie-neige sur la région. Je pense que cela a pu faire monter le niveau des nappes alors que depuis plusieurs jours c'est l'inverse (voir le post sur le suivi météo ici avec le lien des runs http://albert-nodon.e-monsite.com/forum-lire-253075-3.html ). Le temps est plus sec et les nappes ont probablement baissé, influant probablement sur la baisse d'activité. Enfin c'est ce que j'ai observé 8-)

Vu tous les croquis précédemment indiqués (voir aussi le forum TDF), j'opterais pour une accalmie, jusqu'aux prochaines fortes précipitations surtout si elles sont proches d'une position lunaire qui agit sur les fluides comme lors de la première alerte début mai.

Le dernier run de l'institut météo de Berlin nous indique d'ailleurs un changement avec la fin de la bulle de Siegfrield et le passage d'une ligne de grain sur la zone. Pluie en perspective, mais les runs n'indiquent pas de fort épisode pluvieux sur la zone pour les sept prochains jours. Elles se localiseraient autour de la pointe de Terre Neuve.

http://images.meteociel.fr/im/1265/anabwkna_zhk4.gif

Mais bon ce peut aussi se passer différemment. Surtout qu'en ce moment rien est stable au niveau du Soleil, les variations pourraient influer sur le déséquilibre des particules de l'atmosphère et de la dynamique des échanges Terre-Océan-Atmosphère, l'Islande y étant d'autant plus exposée qu'elle est une île proche du pôle. Soumise aux fluctuations des lignes géopotentielles.

par exemple situation actuelle (à noter la ligne des températures caniculaire sur une bonne partie de la France, exclu le quart SE et NE)http://images.meteociel.fr/im/3679/Rtavn123_nbc0.png
et telle qu'elle pourrait se retrouver samedi
http://images.meteociel.fr/im/2882/Rtavn1143_isf6.png


*Mesures sur la bande passante 304A : autour de 52 le 25 mars, autour de 120 le 7 avril et autour de 240 aujourd'hui
# 01/06/2010 à 11:42 Le nuage de cendres de l'Eyjafjöll était électriquement chargé (site web)
On sait que des éclairs se produisent dans le panache de cendres volcaniques d’un volcan. Mais découvrir que le nuage résultant pouvait rester électriquement chargé à plus de 1.200 kilomètres de distance était probablement inattendu...

L’Eyjafjöll ne crache plus de cendres pour le moment mais ça ne suffit pas pour dire que l’éruption est terminée. De plus, les géophysiciens et les volcanologues craignent le réveil du Katla, bien plus redoutable et dont les éruptions ont toujours suivi celles de l’Eyjafjöll.
On ne pourra plus contempler, comme le faisaient certains à partir d’un hélicoptère, les éclairs zébrant le panache de cendres craché par le volcan. Le phénomène est bien connu et il était impressionnant lors des éruptions du volcan St Helens, comme l’avaient constaté Maurice et Katia Krafft.
L'explication du phénomène est simple puisqu’il s’agit d’une conséquence directe de la triboélectricité, c'est-à-dire le fait que certains corps se chargent en électricité statique lorsqu’on les frotte. En l’occurrence, ce sont les forces de friction entre les particules de cendres dans un panache volcanique qui provoquent des séparations de charges suivies du déclenchements d’éclairs.
L’année dernière, Giles Harrison et Joseph Ulanowski avaient utilisé des ballons sondes pour examiner de plus près les nuages de poussières issus des déserts et avaient montré que des nuages de ce type au Koweït et au large de la côte ouest de l’Afrique se chargent électriquement spontanément du fait des effets triboélectriques. Des études de ce genre sont intéressantes car ces charges dans les nuages influencent le comportement des poussières ainsi que l’occurrence des pluies

http://www.youtube.com/watch?v=8smf41G7-aw&feature=player_embedded

Une vidéo prise depuis un hélicoptère et montrant les éclairs dans le panache de cendres, aujourd'hui disparu, du volcan islandais. Crédit : TheAmoShow
Les nuages se chargent d'eux-mêmes en électricité
Que donneraient les mesures à l’aide d’un ballon similaire dans les nuages de cendres volcaniques ? Ceux crachés par l’activité de l’Eyjafjöll étaient une bonne occasion de le savoir. Les deux chercheurs ont pu mettre leur idées en pratique au-dessus de l’Ecosse, à plus de 1.200 kilomètres de distance du panache du volcan islandais.
Equipé d’une électrode pour mesurer les densités de charges dans un nuage, le ballon pouvait aussi mesurer la concentration et la taille des particules de cendre par diffusion de rayon laser.


En entrant à une altitude d'environ 3,7 km dans le panache, d’une épaisseur de 500 m, les instruments du ballon ont montré que la densité de charge y était assez uniforme. Avec un diamètre moyen d'environ 1,4 micron, les cendres y atteignaient une concentration de moins de 100 particules par centimètre cube.
Grâce à ces informations, les physiciens ont calculé qu’il ne faudrait que 7 minutes aux nuages pour se décharger. Or ces derniers provenaient d’un panache émis 32 heures auparavant, ce qui excluait l’hypothèse de charges résiduelles qui auraient survécu grâce à des conditions particulièrement favorables.
D’une façon ou d’une autre, les nuages se chargeaient d’eux-mêmes. L’explication la plus probable est là encore liée à un effet triboélectrique. Le phénomène n'est pas anecdotique car de telles charges pourraient poser des problèmes aux équipements électriques des avions. Un article publié dans Environmental Research Letters expose en détail la découverte des géophysiciens.
Répondre à ce message

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site