Bilan météo de l'année 2008

Auteur  
# 28/12/2008 à 01:24 Bilan 2008 par Météo France (site web)
Bilan de l’année 2008
(bilan provisoire établi au 15 décembre 2008)


Bilan global de l'année 2008
Au 10 décembre, l’année 2008 s’annonce en France métropolitaine légèrement plus chaude que la normale* d’environ 0,4 °C ce qui devrait la positionner vers le vingtième rang des années les plus chaudes depuis le début du XXème siècle. Mais elle est aussi l’une des plus fraîches de ces dix dernières années. Géographiquement, les écarts à la normale sont un peu plus marqués dans le nord et l’est du pays alors que la température moyenne annuelle est plus proche de la normale dans le Sud-Ouest.

Les précipitations ont été supérieures à la normale sur la majeure partie du pays. Seul le Roussillon présente des cumuls annuels sensiblement inférieurs à la normale. A l’inverse, l’Ardèche, la Drôme et la Corse sont les régions les plus excédentaires avec des cumuls de pluie une fois et demie supérieurs à la normale.

En 2008, l’ensoleillement a été globalement proche de la moyenne**, légèrement excédentaire sur l’Ouest, mais plutôt déficitaire sur l’Est, notamment sur la Lorraine.

* Normale calculée sur la période 1971-2000
** Moyenne calculée sur la période 1991-2000

Consulter le http://www.wmo.int/pages/mediacentre/press_releases/pr_835_fr.html communiqué de presse sur le climat mondial en 2008 de l'Organisation météorologique mondiale
L’année 2008 mois par mois


Janvier
Les températures moyennes mensuelles ont été nettement supérieures à la normale sur l’ensemble du pays avec des anomalies se situant entre +1 °C et +2 °C sur le Sud-Ouest, mais atteignant +3 °C à +4 °C sur le Nord-Est. Les précipitations ont été importantes sur l’Ouest et la moitié sud, plus contrastées sur le Nord et le Nord-Est. Déficitaire dans le Nord et le Sud-Ouest, l’ensoleillement a été beaucoup plus généreux du Massif central au Nord-Est.


Février
Comme pour le mois précédent, les températures moyennes mensuelles ont été bien supérieures aux normales, les dépassant de 1 °C à 3 °C sur l’ensemble du pays. Les précipitations ont été déficitaires sur une très grande partie du pays et tout particulièrement sur le Sud-Ouest. Seule, une zone s’étendant des Pays-de-la-Loire à la Lorraine présente des cumuls excédentaires. L’ensoleillement de ce mois de février a été exceptionnel. Sur la moitié nord du pays, les durées d’insolation ont été souvent plus d’une fois et demi supérieures à la moyenne.


Mars
Les températures moyennes mensuelles ont été sensiblement conformes à la normale, un peu plus douces sur le Nord, l’Ouest et le pourtour méditerranéen, plus fraîches de Midi-Pyrénées au Nord-Est. Mars a été très arrosé, les pluies n’épargnant que les régions méditerranéennes. Ce temps très pluvieux s’est naturellement accompagné d’un faible ensoleillement avec des durées d’insolation nettement déficitaires sur la presque totalité du pays.


Avril
Moyennées sur l’ensemble du mois, les températures ont été légèrement supérieures à la normale sur le Sud, proche de celle-ci sur le Nord. Avril a connu des précipitations nettement supérieures à la normale à l’exception de l’extrême nord, des zones proches des Pyrénées et de la Corse. Si l’ensoleillement a été très généreux sur l’Ouest et plutôt excédentaire sur l’extrême sud, les durées d’insolation ont été déficitaires du Limousin au Nord-Est.


Mai
Les températures moyennes mensuelles ont été nettement supérieures à la normale, les dépassant de 1 °C à 2 °C sur le Sud, mais de plus de 3 °C sur le Nord. Ces températures élevées positionnent mai 2008 au quatrième rang des mois de mai les plus chauds depuis le début du XXème siècle. Les précipitations ont été contrastées: déficitaires sur le nord-est de la France, elles ont été largement excédentaires sur la moitié ouest et les régions méditerranéennes. Des records mensuels ont d’ailleurs été battus en Corse. Dans la moitié nord du pays, l’ensoleillement a été généralement supérieur à la moyenne. Par contre, le temps perturbé n’a pas permis au soleil de beaucoup briller dans le Sud.


Juin
Les températures moyennes mensuelles ont été globalement supérieures à la normale de près de 1 °C. Cette anomalie est toutefois un peu plus marquée sur l’est que sur l’ouest du pays. Les précipitations ont été sensiblement inférieures à la normale sur le nord-ouest de l’hexagone tandis qu’elles ont été très contrastées ailleurs. En Poitou-Charentes, sur le sud de l’Aquitaine et de Midi-Pyrénées ainsi que sur l’Hérault, les cumuls de pluie ont atteint, voire dépassé, le double des valeurs normales. L’ensoleillement a été supérieur à la normale sur l’Ouest, mais déficitaire sur le Nord-Est et l’extrême sud-ouest. Ailleurs, les durées d’insolation ont été généralement conformes à la normale.


Juillet
Les températures moyennes mensuelles ont été légèrement inférieures aux normales sur l’Ouest, globalement conformes sur le reste du pays. Les précipitations ont été très contrastée en juillet sur le territoire. Largement excédentaires sur l’extrême ouest et de la Bourgogne à la vallée du Rhône, elles ont été au contraire fort peu abondantes de la région parisienne à l’Aquitaine ainsi qu’en Provence-Alpes-Côte-d’Azur et en Corse. Bien que déficitaire sur la pointe de Bretagne, l’ensoleillement a été généralement proche de la normale sur le tiers nord de la France. Plus au sud, c’est surtout le Sud-Ouest qui a bénéficié d’un ensoleillement supérieur à la moyenne.


Août
Les températures moyennes mensuelles ont été généralement proches des normales, légèrement supérieures sur le Nord et les régions méditerranéennes, plutôt inférieures ailleurs. Les précipitations ont été abondantes sur les deux tiers nord de la France. Les cumuls y ont parfois atteint voire dépassé le double des valeurs moyennes. Sur le Sud, les pluies ont été généralement déficitaires notamment sur les régions méditerranéennes où les cumuls n’ont le plus souvent pas dépassé 10 mm. L‘ensoleillement a été nettement inférieur à la moyenne sur les deux tiers nord du pays. Les durées d’insolation ont été presque deux fois plus faibles que la normale sur les régions s’étendant de la Picardie à la Lorraine. Sur le tiers sud, ce sont surtout les régions méditerranéennes qui ont bénéficié d’un ensoleillement supérieur à la normale.


Septembre
Le mois de septembre a été globalement frais. Les moyennes mensuelles de température ont été presque partout inférieures à la normale, seuls les extrêmes nord et sud connaissant des valeurs proches des normales. Les précipitations ont été supérieures à la normale sur la frange est, sur l’extrême nord et la pointe de Bretagne. Sur le reste du territoire, les cumuls de pluie sont restés généralement assez faibles notamment sur le Centre et sur Midi-Pyrénées. Septembre a été bien ensoleillé sur la quasi totalité du pays, seules quelques régions proches des frontières de l’est ayant connu un déficit d’ensoleillement.


Octobre
Les températures moyennes mensuelles ont été proches des normales, plutôt inférieures sur la moitié ouest, mais plutôt supérieures sur l’est du pays. Les cumuls de pluies ont été nettement excédentaires sur certaines régions notamment en Alsace, Bourgogne, Auvergne, Rhône-Alpes, sur le Languedoc et la Corse. Ailleurs, les précipitations ont été plus contrastées avec des régions plutôt excédentaires, mais d’autres particulièrement sèches à l’image du Roussillon. L’ensoleillement a été généreux sur la moitié ouest ainsi que sur l’Alsace et la Corse. Ailleurs, il s’est révélé plus conforme à la normale, voire déficitaire vers les frontières de la Belgique et du Luxembourg.


Novembre
Moyennées sur le mois, les températures ont été supérieures à la normale de près de 1 °C sur la moitié nord du pays. Inversement, elles ont été légèrement inférieures à la moyenne sur le Sud-Ouest. Ailleurs, les valeurs ont été relativement proches des normales. Les précipitations ont été particulièrement faibles sur le quart nord-est de la France. Elles ont été par contre excédentaires sur la Bretagne, la Normandie et jusque vers la région Centre. Mais c’est le Sud qui a connu les pluies les plus abondantes notamment sur Midi-Pyrénées, le Languedoc, l’Auvergne, l’ouest de Rhône-Alpes, sur Provence-Alpes-Côte-d’Azur et la Corse. Le quart sud-est a notamment subi dès les premiers jours de novembre un épisode pluvieux particulièrement intense occasionnant crues et inondations. Sur la majeure partie du pays, l’ensoleillement a été nettement déficitaire. Seuls, le Languedoc-Roussillon et surtout le Nord-Est ont connu en novembre un ensoleillement supérieur à la normale.

Evénements météorologiques majeurs de l’année 2008
Records d’ensoleillement en février 2008
La prédominance de conditions anticyclonique en février 2008 a favorisé un ensoleillement exceptionnel sur la France. Les durées d’insolation ont été ainsi une fois et demie à deux fois supérieures à la moyenne sur de nombreuses régions du nord du pays. De ce fait, les records pour un mois de février ont été fréquemment battus comme à Rennes (143 heures), Lille et Strasbourg (146 heures), Lyon (174 heures), Toulouse (181 heures), Bordeaux (185 heures) ou Clermont-Ferrand (187 heures). Si ce mois de février a fait suite à un mois de janvier contrasté, décembre 2007 avait déjà, lui aussi, été remarquablement ensoleillé. De ce fait, l’hiver 2007-2008 s’inscrit sur de nombreuses régions au premier rang des hivers les plus ensoleillés de la période 1950-2008.




Tempête le 10 mars 2008
La moitié nord de la France a connu le 10 mars 2008 une sévère tempête. Si les vents forts observés n’ont rien d’exceptionnel pour ce type de phénomène, la durée pendant laquelle ils ont persisté est remarquable. En certains endroits, c’est durant plus de douze heures qu’ont été observés les vents tempétueux. Sur les côtes de Bretagne et de Normandie, les vents ont souvent dépassé 130 km/h et même atteint localement 155 km/h. A l’intérieur des terres, les rafales maximales ont été souvent comprises entre 80 km/h et 100 km/h sur de nombreuses régions du nord de la France. Ces vents violents, survenant en période de grande marée, ont entraîné de fortes surcôtes sur le littoral, occasionnant d’importants débordements sur certaines zones côtières du Morbihan à la Manche.


Une saison des pluies record en Nouvelle-Calédonie
La Nouvelle-Calédonie a subi cette année une saison des pluies exceptionnelle. Après un mois de décembre 2007 bien humide et un mois de janvier proche de la normale, les mois de février, mars et avril ont été extrêmement pluvieux. En mars, les pluies ont été plus de deux fois supérieures à la normale et constituent un record pour un mois de mars depuis 1951. En avril, les cumuls ont été presque trois fois supérieurs à la moyenne situant ce mois au second rang des mois d’avril les plus pluvieux. Sur l’ensemble de la saison des pluies s’étalant de décembre 2007 à avril 2008, les cumuls relevés constituent eux aussi des records depuis 1951. Ce déluge trouve en grande partie son explication dans la phase La Niña qui a persisté dans le Pacifique durant toute la saison chaude. Ces précipitations sont par ailleurs d’autant plus remarquables que l’activité cyclonique n’a pratiquement pas affecté la Nouvelle-Calédonie.


Tornade dans le Nord le 3 août 2008
Le 3 août vers 22 heures 30, à Hautmont dans le Nord, une tornade a entraîné la mort de quatre personnes et provoqué des dégâts considérables. La tornade a pris naissance au sein d’un front pluvieux qui a balayé le nord de la France et s’est considérablement renforcé sur le Hainaut-Cambrésis et l’Avesnois en prenant un caractère orageux à partir de 22 heures. La tornade a parcouru plus d’une quinzaine de kilomètres, sur une largeur de 100 à 200 mètres dans le secteur de Maubeuge, frappant les communes de Hautmont, Neuf-Mesnil et Boussières-sur-Sambre. Elle a endommagé près d’un milliers de maisons. Certaines ont même été totalement détruites. Si aucune mesure de vent n’est disponible sur la zone, les dégâts constatés ont permis d’estimer des vents très largement supérieurs à 200 km/h. L’intensité du phénomène a été estimé au niveau F3 voire F4 de l’échelle Fujita, échelle de caractérisation des tornades variant de F0 à F5 en fonction de l’intensité croissante.



Crues et inondations dans l’Est début novembre 2008
Entre le 31 octobre et le 2 novembre 2008, un épisode pluvieux particulièrement intense à touché le nord du Languedoc, le sud de l’Auvergne et l’est de la région Rhône-Alpes. Les cumuls de pluie durant ces trois jours ont ainsi fréquemment atteint 80 mm sur le Rhône et la Loire, 150 mm sur l’est de la Haute-Loire, 250 mm sur l’ouest du Gard et 300 mm sur le sud-ouest de l’Ardèche et le sud-est de la Lozère. Sur ce dernier département, les cumuls en trois jours ont même localement dépassé 500 mm. Se produisant sur des sols déjà saturés, ces fortes précipitations ont entraîné des crues et inondations particulièrement sévères sur les départements de la Loire, du Rhône, de la Sâone-et-Loire, de l’Allier et de la Nièvre.

Répondre à ce message

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site