Le séisme de magnétude 7,9 au Sichuan en Chine

Auteur  
# 21/05/2008 à 22:16 Patricia Régnier
http://fr.news.yahoo.com/afp/20080521/twl-chine-seisme-prev-5fb7533.html
Par Boris CAMBRELENG - AFP

MIANZHU (AFP) - Le séisme du 12 mai en Chine a fait 41.353 morts confirmés et 32.666 disparus dans toutes les régions touchées, ainsi que 274.683 blessés, a annoncé mercredi le gouvernement alors qu'une femme était encore retrouvée vivante.

Le précédent bilan officiel faisait état mardi de 40.075 morts, 32.361 disparus et 247.645 blessés.

Une femme a été retrouvée vivante mercredi, neuf jours après avoir été bloquée dans un tunnel à la suite du séisme du 12 mai, a annoncé l'agence Chine Nouvelle.

L'armée concentre désormais ses efforts sur les 5 millions de sinistrés qui survivent dans des conditions précaires, sous la pluie, exposés au risque d'épidémies.

Les recherches d'éventuels survivants sous les décombres se poursuivent et deux "miraculés" ont été retrouvés mardi. Mais les chances de survie sont infimes et les secouristes étrangers commencent à quitter le pays pour céder la place aux équipes médicales.

Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a ordonné l'envoi de 40.000 tentes d'ici la fin mai et de 900.000 autres en juin, qui s'ajouteront aux quelque 280.000 tentes déjà distribuées dans le Sichuan, la province la plus touchée par le séisme de magnitude 8 sur l'échelle de Richter survenu le 12 mai.

Des toiles plastique ont été réclamées d'urgence pour permettre d'abriter les rescapés des pluies qui ont commencé à tomber sur la région, transformant le sol en boue, et accélérant encore la décomposition des cadavres et des carcasses d'animaux morts dans la catastrophe.

Près d'un stade à la sortie de la ville de Mianzhu, des tentes bleues abritent plus de 7.000 personnes venues de trois villages de montagne et de la ville de Hanwang, entièrement dévastés par le séisme. "Nous n'avons plus rien et nous ne savons pas avec quel argent nous allons pouvoir reconstruire notre village. Nous nous en remettons entièrement au gouvernement", confie Ma Jingsuan, 52 ans.

A Chengdu, la capitale provinciale, de nombreux habitants préfèrent encore vivre dehors par crainte d'une nouvelle réplique.

A Beichuan, un reporter du quotidien China Daily a raconté qu'une odeur de cadavre flotte sur la ville, envahie par des nuages de mouches et de moustiques qui font craindre l'apparition de maladies. Aucune épidémie n'a pour l'instant été signalée, mais le risque est réel en raison de la concentration, dans une chaleur humide, de centaines de milliers de réfugiés, dans des centres de fortune, souvent sans toilettes et sans eau courante.

Seuls des cas de gangrène gazeuse, une infection bactérienne très contagieuse qui peut conduire à la mort en 12 heures, ont été découverts jusqu'ici parmi une soixantaine de blessés, dont la moitié a dû être amputée en urgence. Les responsables de la Santé craignent également l'apparition d'épidémies de diarrhée, d'hépatite A et de choléra. Quelque 3.500 spécialistes en inspection sanitaire et en prévention des maladies vont être dépêchés sur la zone, a annoncé le ministère de la Santé.

Le ministère de la Protection de l'Environnement a de son côté publié une circulaire conseillant de ne pas boire l'eau accessible dans les ruines des immeubles détruits, ni celle des puits et des rivières, qui peuvent avoir été contaminées par les cadavres, les déchets médicaux et les désinfectants.

L'aide internationale en biens et en personnel qualifié continue d'arriver en Chine. Une équipe médicale japonaise est à pied d'oeuvre dans le Sichuan où un hôpital mobile capable d'accueillir 120 malades et de fournir des soins médicaux à 250.000 personnes, doit être livré cette semaine par l'Allemagne. Des avions cargo venant de toutes les parties du monde déchargent sur les aéroports chinois des produits de première nécessité, comme des générateurs, des tentes, des médicaments, des produits alimentaires instantanés et du lait en poudre.

Le total des dons en argent et en nature récoltés en Chine et à l'étranger approche les 14 milliards de yuans (1,25 milliard d'euros), selon le ministère des Affaires civiles.

L'acheminement de cette aide jusqu'aux sinistrés passe par beaucoup d'intermédiaires au niveau national, provincial et local, dont certains peuvent être tentés d'en détourner une partie à leur profit. Consciente du risque, la Commission de discipline du Parti communiste chinois a publié une circulaire menaçant de graves sanctions tout responsable coupable d'enrichissement personnel.

Le gouvernement tibétain en exil a par ailleurs appelé mercredi à cesser temporairement les manifestations contre la Chine en signe de respect pour les victimes du séisme.

"Afin d'exprimer notre solidarité face au désastre naturel qui a touché la Chine, les Tibétains à travers le monde doivent éviter les manifestations devant les ambassades chinoises de leurs pays respectifs", a déclaré Thubten Samphel, porte-parole du gouvernement tibétain en exil, citant un communiqué.

Le communiqué du gouvernement tibétain en exil en Inde, appelle les manifestants à cesser leurs actions "au moins jusqu'à la fin du mois de mai" et à "écrire une lettre ou à adresser des messages, afin d'expliquer qu'ils agissent ainsi en solidarité avec les victimes du séisme".

# 21/05/2008 à 22:25 JP (site web)
Quelques jours après le tremblement de terre de magnitude 7,9 qui a secoué la Chine du bassin du Sichuan, les inondations sont devenues un réel danger. Le tremblement de terre et ses répliques, terre et roche s'écroule des montagnes dans les cours d'eau, formant des barrages naturels qui rapidement forment des lac.A partir du 19 Mai 2008, 21 lacs ce sont ont formé dans l'ensemble du bassin, a déclaré China Daily. Cette série d'images, captées par Taiwan par le satellite Formosat-2 , montre la formation de tel lac (lac Yansai) dans le comté de Beichuan, un des plus gravement affecter séisme régions :http://earthobservatory.nasa.gov/Newsroom/NewImages/images.php3?img_id=18034

MESSAGE RECU DE JP FONDATEUR DU GROUPE YAHOO WXSATPICTURE TRAITANT DES IMAGES SATELLITES
# 21/05/2008 à 22:53 P.R
l'expèrience du Dr Friedemann Freund a utilisé une tonne pour briser un gabbro et découvrir alors le nombre d'ions. Nous disons que lorsque les protons sont en dessous 1/cm3 puis le sol libère sa charge électrique pour compenser le manque. Ce qui provoque tremblement de terre et autres événements climatiques comme le cyclone en Birmanie. C'était le cas dès le 12 mai, comme vous pouvez voir ici -
http://idata.over-blog.com/1/92/96/17//Mag_swe_11au18mai2008.gif (avec la ligne orange, nous pouvons voir que le taux de protons/cm3 était près de zéro pendant un long moment)

Il se peut que cette compensation électrique entre le sol et l'atmosphère induise une forte ionisation dans le gabbro comme l'a montré l'exprience du Dr Friedemann Freund, c'est possible, parce que la force électrique pourrait être trop important, nous ne savons pas.

http://www.alertes-meteo.com/astrometeo.htm


http://www.e-monsite.com/albert-nodon/forum.html

http://idata.over-blog.com/1/92/96/17//Mag_swe_11au18mai2008.gif (orange line we can see that protons/cm3 rate was nearly 0)

Réponse à Ronald Karel du groupe alerte météo (http://fr.groups.yahoo.com/group/alerte-meteo/?yguid=261237251) suite à son message transmettant ce texte http://www.meteoquake.org/ion.html
# 21/05/2008 à 23:05 Avec Chine information (site web)
Plus de 4 400 répliques ont été enregistrées depuis le séisme d'une magnitude de 7,8 degrés qui s'est produit lundi dernier dans la province du Sichuan, dans le sud-ouest de Chine, a indiqué Deng Changwen, directeur adjoint de l'Administration sismique de cette province.

Plus de 200 secouristes engagés dans la réparation de routes endommagées dans la province sinistrée du Sichuan ont été ensevelis par des coulées de boue ces trois derniers jours, a informé Dai Dongchang, officiel du ministère des Transports lundi.

Dai a dit cela lors d'une interview en ligne. On ne sait pas s'ils sont morts ou pas.

Deux machines de construction et six véhicules ont aussi été ensevelis,selon Dai.

Les glissements de terrain, coulées de boue et répliques ont été fréquents après le séisme meurtrier ayant fait plus de 34 000 morts.

Selon Dai, les travailleurs des secours ont risqué leur vie en réparant trois routes principales reliant Wenchuan, l'épicentre et les districts voisins au monde extérieur. Le trafic a repris sur ces trois routes d'ici lundi.

Jusqu'à lundi, les routes menant à plus de 100 bourgs et villages sinistrés ont été réparées et rouvertes au trafic, alors que les voies d'accès vers quelque 50 bourgs et villages sont toujours coupées par des rochers et glissements de terrain.

Selon des calculs préliminaires faits par la province du Sichuan, les pertes économiques causées par la destruction des routes se sont élevées à 15 milliards de yuans (2,2 milliards de dollars).

SOURCE DU 16 et 20 MAI 2008 http://www.chine-informations.com/actualite/chineseisme-une-replique-de-magnitude-a-est-prevue-dans-la-zone_9472.html
# 28/05/2008 à 16:54 P.R
Aujourd'hui nous apprenons que 80 000 personnes doivent être déplacées après qu'un lac se soit formé près de Sichuan suite au séisme du 12 mai dernier.
Souvenez-vous du texte publié dans C&H repris d'un ouvrage traitant du palais du Potala au Tibet. Il est donné en traduction ci-bas pour monsieur Dajiong Lu.

Au passage nous remarquons une étrange cyclicité de 30 ans environ de crises séismiques majeures dans cette partie du monde (1976, 2008) j'ai noté pour la période un troublant mouvement concommittant de Jupiter (R le 10.5) et Saturne (D le 4.5) (peut-être n'est-ce pas aussi fréquent), les deux plus importantes planètes pour le calcul du barycentre du système solaire. Quoiqu'il en soit le 12 une importante proéminence a été remarquée brièvement au bord est du soleil.

"O friends sailing to drift on the ocean of existence cyclical
Amid waves of suffering and illusion
The Nâga hungry we steal the crown jewels of happiness.
Search with zeal an understanding of emptiness,
The aim of liberating the Non-Existence of the self,
And cross quickly to reach the island valuable wisdom,
For the perception of everything that EST. "

Nestled in the green at the foot of the wall north of the imposing Potala "the palace of a thousand pieces" it may go unnoticed. A room full of 6 yards on 6 covered with murals remains one of the greatest treasures of the Tibetan civilization.

The temple minds snakes was built in memory of the mystical vision of the Fifth Dalai Lama Ngawang Lobsang Gyamtso born the year of snake firepower female in 1617. He ran Tibet from 1642 to 1682, he is known for its mysticism and its visions with the "Lu".

A former Tibetan myth of creation called the "Lu-Bum" and "The Hundred Thousand Spirits Snakes" teaches us how the features of the universe were formed from the body of a female Nâga: "The sky is released the top of his head. His right eye became the Moon and left the sun. His teeth have become planets, thunder in his voice, his breath in clouds and rivers in his veins. " According to tradition, a king sepent benefactor "Muchilinda" would have protected the Buddha of his cap against the agessions a tigre occurred during the latter stages of his awakening.

The construction of the Potala not been able to resume when the spirits snakes were placated. A similar episode, 1000 years earlier, had already delayed the construction of the first Tibetan monastery on the banks of the Tsangpo: The Temple of Lhasa. There had been built in VII century to subdue and control this devastating force already chtonienne according to ancient texts.

The rites are that when a stone is removed the second month of each year when the big wind noise was heard, offerings must be discarded Dragon failing which he would mount waters and inonderait the city.

A tradition showed Tibet as a female demon lying on their backs, whose body and members spread across the Tibetan plateau. At the heart of this "srinmo" was the home of aquatic reptilian lord named "Nâga Maldrozichen." Lhasa and its surrounding area was the king of primitive snake.

Ten years after the construction of the Jokhang, the same forces of nature were ambivalent build "Dzonggyap Lukhang", the temple of the snake behind the fort.

A large hole had come to train at the place where the mortar had been extracted from rocky promontory used as a foundation in the Potala Palace as the myth of symbolic place. The waters invaded gradually opening to form a lake.

During his meditations a Lumo or Nâga f. warned the Dalai Lama for the destruction of field of Nâga *. His Holiness the Dalai Lama ° V fit then hope to build on the lake newly formed above the earth désacralisée, a temple dedicated to the spirits dislodged; soon as the Red Palace, the Potala core, would be completed.

Unfortunately he could not realise it was the work of his next incarnation, Tsangyang Gyastso, the Sixth Dalai Lama, the Dalai Lama only to renege on his monastic vows spirituele combining vision and earthly pleasures to compose poems and receive its courtesans by the lake behind the Potala. It carries the hope of his prédecessur using his sense of aesthetics and his mentor the regent Sangye Desi Gyamtso.

This interpretation that nourishes the popular imagery is poetic transcript of a physical phenomenon of the earth. At the place of himalya was once a long time ago that the Tethys Ocean, which disappeared after the collision of tectonic Indian continent with the Asian continent following its absorption faster than continental accretion

The temple is a reflection of cultural influences and political seventeenth century mingling architectures Tibetan, Chinese and Mongolian. The temple is inscribed in a circular wall surrounded by old willows on the banks of Lake populated carp. Seen from the sky emerges water sparkling form of a mandala. Its balconies, the upper floors, treillissés protruding are inspired Ming, while the right angles of the hexagonal roof fall Mongolian style.

The two lower floors are dedicated to the spirits of water. The chapel at ground floor contains a gold-plated statue of Lord Nâga Maldrozichen crowned snakes whose female emissary had prevented the V ° Dalai Lama. The second floor houses a large golden statue of Nagendraraja, the form taken by the Buddha Shakyamuni to submit the underground world of Nâga: the nine snakes that stand on his head symbolize the conversion of the nine kings Nâga. The walls of this floor are decorated with scenes of Tibetan opera "Pema Öbar" telling the journey of a former incarnation of Tantric sage Padmasambhava the kingdom submarine Nâga of a king, in order to retrieve a precious jewel that carries out the wishes, a symbol of hidden powers of the human spirit in Tibetan Buddhism.

The Nâga symbolically protect the treasure most venerable temple of the meditation hall private Dalai Lamas, at the top of the building. They remain the sole and exclusive shown traces of knowledge mystico-religious boudhique tantrism, is essentially oral tradition.

Only the Dalai Lama could during their retreat accessing knowledge of private meditation which is the highest level of Tantra boudhique and in particular the Dzogchen, the lessons of the "Greater Perfection." These practices remained secrétes fear that those who commit only lost by a poor mastery of knowledge. Although they conducted a means to achieve total liberation of the body, speech and mind.

Paradoxically, this knowledge we are open since the invasion of Tibet by the Chinese. Visitors follow behind the fences that protect holy places. And even the Dalai Lama who did not have time to come and meditate since he fled after the invasion of 1959 is happy to share with the world of contemporary global opening of the spiritual knowledge of the oldest Buddhist traditions.

Just as did the Egyptian priests during religious ceremonies around the lakes, once a year the pilgrims came to find the day of the full moon. For Tibetan ceremony corresponded to the birth of boudja Sakhyamuni a full moon day of the fourth month of the Tibetan calendar. The boats carrying visitors for them to cross the lake by filing offerings to the "Lu", the spirits of the waters stayed in the lake. That day members of the court Tibetan niquaient picnic on the island and performed dances special in honor of the "Lu".

Since the invasion the Chinese administration has made this place a public park, precious objects and statues were removed. Only the murals remain intact.

On the north wall they focus on yogic techniques aimed at transforming the subtle essences of the physical body and develop its internal mandala "chakras" and channels of psychic energy.

The west wall illustrates the practices of the Dzogchen tradition of the Great Perfection, by which the mind perceives directly intimate nature of Buddha.

According to the current Dalai Lama these paintings show that "art in its highest expression, may prove a way that words can not fully express."

Some yogis meditating in a landscape dominated by Mount Grouper (mundis axis of the universe) surrounded by four continents of seven chains of mountains concentric "Sumeru" dissolves in the senior worlds in symbiosis with the whole cosmos.


* Lu or Nâga: Emanations depths chtoniennes, snakes minds of water and prosperity venerated by the Prajnaparamita (perfect wisdom) as a guardian of the spiritual knowledge that the temple is dedicated Lukhang.

The book which are extracted these writings "the secret temple of the Dalai Lama to editions of the Martinière is no longer published.

Patricia Régnier for ARFA with "the secret temple of the Dalai Lama" on September 30, 2004

Friendship
Patricia Régnier



# 28/05/2008 à 17:03 P.R
Cet extrait de ce forum http://www.e-monsite.com/albert-nodon/forum-lire-108165.html pour éventuellement établir un lien avec l'autre entreprise près du l'épicentre du séisme comme précise l'article de france soir rappelé au bas de ce message
==============================
Cette configuration de colonne électriquement chargée a pu se produire peu après 18 H sur Pessac (Gironde). En un seul endroit localisé un amas nuageux faisait du sur place. Plusieurs couleurs s'enchevêtraient du blanc au noirâtre en passant par le gris. Cette colonne devait visiblement prendre naissance dans la haute atmosphère, nous y entendions gronder. Le reste du ciel était bleu, les températures élevées, et pas de vent. Lorsqu'a éclaté l'orage la grêle est tombée avec force, les gouttes de pluies faisaient bien jusqu’à 1,5 cm de large. Cela a duré assez longtemps (1/2heure environ), en peu de temps des mares d'eau par endroit arrivaient jusqu'à la cheville (j’avais du mal à rentrer dans mon véhicule, et craignais de rester bloquer dans les mares d’eau). L'averse de pluie et de grêle s'est étalée, le ciel est devenu uniformément gris sur une plus large surface puis l'averse s'est dirigée plus au nord-est vers Bordeaux, pendant tout son trajet les gouttes de pluie étaient larges, aux abords de la Garonne la grêle a recommencé à tomber abondamment.

Ce n’est pas la première fois qu'à cet endroit précis de Pessac je remarque un phénomène identique de pression atmosphérique particulièrement propice à des orages intenses. Les lignes de champs électriques terrestres horizontales et verticales doivent être atypiques par rapport au reste de l'espace. Il y a une grande surface à la limite des Landes, peut-être une piste. En réfléchissant il faut aussi préciser qu'il se situe à proximité de l'usine qui fabrique toutes les pièces de monnaies européennes. Peut-être y aurait-il un lien avec tout le stock de métal qui y est entreposé ! Aurait-il la faculté de "capter" les ions + de la haute atmosphère ?

Après étude, à propos de notre théorie sur les protons : sur la courbe du 12, l'aspect le plus marquant outre la baisse du vent solaire, c'est la chute brutale de la température (K) en vert et dans une moindre mesure la courbe bleue Phi (GSM) http://accel23.mettre-put-idata.over-blog.com/1/92/96/17//Mag_swe_11au18mai2008.gif (l'image est trop petite, la zoomer) les protons sont à 0,1 après le 12 (même s'ils ont pu l'être avant le 12) pour le 12 ils sont à la limite inférieure du 1.

Il me semble que la température est aussi importante que le taux ou la vitesse du vent solaire, c'est du moins l'enseignement que nous pourrions en retirer.

A propos de l'orage de grêle signalée le 12 sur Pessac, il s'est produit le même jour que le séisme du Sichuan comme signalé ici :
http://www.e-monsite.com/albert-nodon/forum-lire-111148.html

Peut-être que Monsieur Karel ou Dajiong ont étudié la composition des roches du Sichuan pour analyser le phénomène de la compensation ionique. Il serait intéressant de faire les recherches pour Pessac ainsi que les autres parties du monde ayant subies des secousses ou phénomènes électriques à la même période. http://earthquake.usgs.gov/eqcenter/eqinthenews/2008/us2008ryan/ et http://neic.usgs.gov/neis/eq_depot/2008/eq_080512_ryan/neic_ryan_tz.html
==============================
http://www.francesoir.fr/reuters/show/article/2008-05-17T122443Z_01_TOY729407_RTRIDST_0_OFRTP-CHINE-SEISME-20080517/image/2008-05-17T104150Z_01_NOOTR_RTRIDSP_0_OFRTP-CHINE-SEISME-20080517
Inquiétude autour d'un lac formé après le séisme en Chine
source REUTERS, le samedi 17 mai 2008 à 14:24

par John Ruwitch et Jason Li

BEICHUAN, Chine (Reuters) - Des milliers de personnes ont fui samedi les rives d'un lac qui s'est formé à Beichuan, dans le sud-ouest de la Chine, après le tremblement de terre qui a frappé en début de semaine le Sichuan.

Cinq jours après la catastrophe, les secouristes continuent de progresser dans les ruines. Samedi, plusieurs survivants ont été extraits des décombres, dont un touriste allemand qui a été sauvé à Wenchuan après être resté bloqué pendant 114 heures, rapporte l'agence Chine nouvelle.

A Beichuan, 33 personnes ont également été extraites en vie samedi, toujours selon Chine nouvelle. Vendredi, sur les 2.538 personnes évacuées des décombres, 165 étaient encore en vie.

"Même si la période la plus propice pour des sauvetages - les 72 heures suivant un tremblement de terre - est passée, sauver des vies demeure la principale priorité de notre travail", a dit le président Hu Jintao qui s'est rendu vendredi dans les zones sinistrées.

Le bilan du séisme, d'une magnitude de 7,9, continue de s'alourdir. Samedi, le porte-parole du gouvernement a fait état de 28.881 décès confirmés, et Pékin s'attend à ce que ce chiffre dépasse les 50.000 morts. On dénombre en outre 4,8 millions de sans-abri.

Le vice-gouverneur de la province du Sichuan, Li Chengyun, a déclaré que plus de 188.100 blessés et de 10.600 personnes toujours enterrées sous les décombres.

MENACE D'INONDATION

Dans le comté de Beichuan, situé à proximité de l'épicentre, les autorités ont ordonné une évacuation totale, y compris des équipes de secours. Des glissements de terrain y ont formé un lac de retenue, dont le niveau monte rapidement et menace de déborder.

Un journaliste de Reuters présent dans une école de Beichuan, que le président chinois Hu Jintao avait visité vendredi, a dû partir précipitamment alors que des soldats chinois relayaient des ordres d'évacuation.

Un membre des forces paramilitaires lui a indiqué que la probabilité que le lac déborde était "extrêmement élevée".

Selon une télévision par câble de Hong Kong, quelque 1,2 million de personnes sont en cours d'évacuation à Qingchuan, à une centaine de kilomètres au nord-est de Beichuan, où un autre lac s'est formé après le tremblement de terre et menace lui aussi de déborder.

Depuis le séisme de lundi, et les répliques qui s'en sont suivies, l'inquiétude croît également concernant la sécurité des barrages hydro-électriques et des réservoirs artificiels dont les structures ont souffert du tremblement de terre.

La province montagneuse du Sichuan, d'une superficie équivalente à celle de l'Espagne, est particulièrement propice à la production d'hydro-électricité.

Selon les autorités, 17 réservoirs d'eau au moins ont été endommagés dans le Sichuan et dans la province voisine de Chongqing. Certains barrages présentes des fissures et même des voies d'eau. C'est notamment le cas le long de la rivière Min, qui s'écoule du plateau tibétain vers les plaines du Sichuan.

Sur le barrage de Lianhehua, construit à la fin des années 1950 au nord-ouest de la ville de Dujiangyan, les fissures sont assez larges pour y passer un poing.

"Avec un barrage dans cet état, il est difficile d'être détendu", dit Feng Binggui, un paysan évacué de son village, en aval du barrage, vers une colline avoisinante.

Les autorités se tiennent également en alerte pour parer à d'éventuelles radiations nucléaires. La région n'abrite aucune centrale nucléaire. En revanche, le principal laboratoire de recherche en matière d'armement nucléaire se trouve à Mianyang, dans la zone du séisme.

Le Premier ministre, Wen Jiabao, a déclaré que ce tremblement de terre était "le plus important et le plus destructeur" qu'ait subi la Chine depuis la révolution communiste de 1949. En 1976, un séisme avait fait jusqu'à 300.000 morts à Tangshan, dans le Nord-Est.

Les autorités chinoises ont envoyé 130.000 militaires dans les zones sinistrées mais les destructions et les glissements de terrain qui obstruent les routes rendent leur progression difficile. Des équipes de secouristes étrangers sont par ailleurs arrivées du Japon, de Russie, de Taiwan, de Corée du Sud et de Singapour.

Version française Henri-Pierre André et Jean-Stéphane Brosse
==============================

J'ai rappelé ces différentes sources à cause des détails suivant :
1 - proximité de l'usine des monnaies à Pessac
2 - proximité du principal laboratoire de recherche en matière d'armement nucléaire à Mianyang, dans la zone du séisme.







# 28/05/2008 à 17:18 P.R
http://www.8886.net/lu/
les liens vers les travaux du Dr Dajiong Lu collègue de Jean-Martin Meunier depuis des décennies
# 28/05/2008 à 17:50 P.R
j'ai oubié qu'à vol d'oiseau le centre d'essai de l'armement nucléaire des Landes, au Barp, est à 30 Km à peine. Mianyang et le Barp, mêmes type usines.
# 30/05/2008 à 16:22 P.R
http://www.20minutes.fr/article/230755/Monde-A-Mianyang-il-n-y-a-quasiment-plus-une-seule-facade.php
La ville de Mianyang, située à l’est de l’épicentre, ressemble à un immense camp de réfugiés. Sur l’autoroute qui y mène, on y croise d’ailleurs des colonnes de camions de l’armée, et à l’entrée de la commune, le stade flambant neuf est envahi de tentes multicolores. Sur les buissons, des couettes humides de pluie sèchent au soleil. Un peu plus loin, des habitants des environs, qui n’ont pas autant souffert du séisme, viennent jeter à tour de rôle des sacs de vêtements sur une énorme pile, une coutume de solidarité qui est encore rare en Chine. Si l’on en croit les bilans officiels, près de 20.000 personnes ont été ensevelies autour de Mianyang… et il faut poursuivre la route pour pouvoir imaginer ce bilan bien réel.

>> Voir le diaporama sur Dujianguyan

Plus on approche de l’épicentre, et moins les maisons comptent de briques. Les volets de fer, caractéristiques des rez-de-chaussées de ces maisons paysannes, ont tous été fermés. Les usines, vidées. De nombreuses barres d’immeubles au milieu des rizières ont l’air désaffectées: les habitants ont du déménager au stade du centre. On passe un temple écroulé, puis un pont. De loin, on aperçoit une vingtaine de silhouettes qui pêchent. «Non, ils puisent de l’eau», corrige notre chauffeur.

Petits camps familiaux

A un virage, la première maison est totalement éventrée. Une grande photo de mariage, de celles dont sont friands les jeunes couples chinois, est encore collée au mur. Mais en dessous, plus de lit, ni même de sol. Il n'y aura quasiment plus une seule façade.

Entre la route et les champs, des petits camps familiaux ont été reformés. Il est cinq heures, le soleil commence à descendre, et une maman prépare un lit sous une bâche bleue et rouge, sur un tas de foin. Au pied des montagnes du village d’Anxian, des éboulements dégringolent le long des montagnes en plusieurs endroits. C’est bientôt l’heure du dîner, et une fillette s’avance vers la machine à laver, qui a été déplacée entre sa maison dénudée et la tente en plastique. Elle l’ouvre… et y puise une dose d’eau. La machine est en fait une citerne de fortune.

Les journalistes étrangers interdits d'accès

A quelques dizaines de mètres de là, un check point bloque la route à une vingtaine de kilomètres de Beichuan, où les scènes seraient apocalyptiques. Il ne resterait plus que deux maisons debout. Un groupe d’Américains de la fondation «Heart to Heart» a accédé à la zone pour porter secours aux blessés. «Les soldats ont refusé que nous nous approchions d’une école qui s’était effondrée, a confié l’un des membres du groupe. Et pour l’instant, on ne peut accéder au cœur de la ville.» «Avant, entre les montagnes, il y avait 400 mètres, maintenant, il y en a 500!», affirme les yeux écarquillés un électricien qui en revient également.

Les 4x4 de l’armée siglés d’un laissez-passer rouge franchissent les barrières, toutes sirènes hurlantes. La voiture est arrêtée. «C’est une question de sécurité car nous craignons de nombreux glissements de terrain», affirme un policier, avant de lâcher au bout de deux heures que les journalistes étrangers sont tout simplement interdit d’accès.
Caroline Dijckhuis/20minutes ¦ Fillettes au pied des montagnes d'Anxian, le 14 mai, après le violent séisme qui a frappé le sud-est de la Chine.

De notre envoyée spéciale à Mianyang, Caroline Dijkhuis
20Minutes.fr, éditions du 14/05/2008 - 18h29
dernière mise à jour : 14/05/2008 - 19h09

Répondre à ce message

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site