Albert Nodon : une vie toute entière dévouée à ses travaux. Cet inlassable chercheur Français oeuvrant dans le Sud-Ouest a contribué à faire progresser la connaissance.

ALBERT NODON 1862 - 1934.

Ciel et Espace, vol. n° 50, p. 208 (1934)

Albert Nodon n'est plus !        

Travailleur inlassable, le physicien Albert Nodon, docteur ès-sciences, correspondant de l'Académie d'Espagne, Président de la Société Astronomique de Bordeaux, est mort à la tâche. Il fut frappé en plein travail, au moment où il rédigeait une conférence qu'il devait faire à Nice.

Ciel et Terre publia plusieurs des travaux si personnels de cet infatigable chercheur qui, dans certains domaines, fut un précurseur.

Dès 1884, des observations faites à la Sorbonne à l'aide d'un électromètre à feuilles d'aluminium lui faisaient reconnaître l'existence d'un rayonnement ultra X possédant un grand pouvoir pénétrant et dont l'origine paraissait être principalement solaire - c'est, d'ailleurs, encore l'avis de certains astronomes et non des moindres.  

En 1907, il fit, au Pic du Midi, des recherches sur l'action électrique produite par les ultraradiations et, depuis, il n'a pas cessé de s'intéresser à cette importante question de la physique cosmique. Ses nombreuses notes aux Comptes Rendus de l'Académie des Sciences de Paris, au Bulletin de l'Académie Roumaine, et à d'autres publications, retinrent l'attention des savants sur un problème devenu aujourd'hui, pour les physiciens, "le grand problème".

En 1923, M. Nodon publia, dans Ciel et Terre, une remarquable étude sur les radiations ultrapénétrantes(1) qu'il compléta en 1927, par une bonne mise au point de la question du rayonnment cosmique(2), tandis que dans la Revue Scientifique il exposait en détail ses vues originales sur les "nouvelles radiations et la cellule vitale".  

Dans le bulletin de la Société d'Océanographie de France, M. Nodon avait résumé, tout récemment, sous le titre "Recherches sur l'origine des grands troubles atmosphériques", ses communications à la Société Astronomique de Bordeaux.

Il s’occupa, quelques temps avant sa mort, du rapport existant entre le ronflement des lignes électriques et les perturbations atmosphériques, mais son dernier article fut sans doute celui publié dans le numéro d’avril 1934 du Bulletin de Biologie Clinique et qui est intitulé "Les ondes électromagnétiques émises par le corps humain".

Ciel et Terre perd, en Albert Nodon, un de ses plus précieux collaborateurs.

Puissent nos amis de la Société Astronomique de Bordeaux trouver ici  l’expression des condoléances émues de la Société belge d’Astronomie.

FID.D

 

(1) "Les ultraradiations solaires et la radioactivité ", par Nodon, C. et T. 1923, p.204.

(2) "Les Radiations ultrapénétrantes d’origine cosmique ", par Nodon, C. et T. 1927, p. 160.

 

 

 

 

 

 

source citée dans la bibliothèque Harvard http://adsabs.harvard.edu/abs/1934C&T....50..208D

Provided by the NASA Astrophysics Data System

Google

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site