Les modèles du climat

http://www.climaprog.de/website0903012.htm

[img]http://www.climaprog.de/website0903009.gif[/img]

Pourquoi un nouvel Age glaciaire ne peut arriver dans le siècle qui vient

Il y a eu de nombreuses discussions et turbulences ces dernières années au sujet du futur climat.

Même le cinéma vit de ces fantasmes.

Les raisons pour lesquelles ces fantasmes ne pourraient se produire :

Pourquoi les modèles climatiques hautement développés devraient-ils être pries qu’un autre sans atmosphère, rétroaction et autres traits physiques caractéristiques ?

La dernière importante interruption de la circulation thermohaline s’est produite il y a 12 000 ans (le plus jeune Dryas) quand plusieurs milliers de kilomètres cube d’eau plus légère des glaciers ont flottés à la surface de l'océan atlantique nord pendant quelques mois et a arrêté la baisse de convection de l'eau. Le résultat n’a pas été un âge de glace mais un fort refroidissement au nord de la latitude 40° . L’atmosphère ne pouvait pas empêcher ce soudain événement.

Les résultats de ces calculs de modèles climatiques montrent une mauvaise distribution de température. La circulation durant le plus jeune Dryas a déjà été calculée avec ECHAM3. La grille utilisée n’a pas pris en compte l’échange de l’air froid par les cellules de froide haute pression venant de l’est sur l’Europe du centre et du sud en été, mais a démontré le modèle de circulation sur l'Atlantique Nord. Les mesures de coeurs de glace ont apporté une preuve de cet événement. Il y a déjà plusieurs années que nous en savons assez sur les températures de l’Océan Atlantique et de l’Europe.

Au MPI de météorologie d’Hambourg, Bengston a démontré avec ECHAM 4, que l’augmentation du nombre d’événements ENSO chauds aurait pour effet une eau d’Océan Atlantique plus chaude aux tropiques et par conséquence une teneur en sel plus élevée dans les région du Nord, soutenant la convection de l’eau.

Une faible baisse de la circulation thermohaline avec une eau de surface froide de 1 ou 2 K sur l’Atlantique Nord aurait une grand influence sur la circulation atmosphérique de l’hémisphére Nord. La baisse de température conduirait surtout à un flux troposphérique intensifié à tel point que la région polaire pourrait devenir 6 K plus froid à cause des évenements de rétroaction et la rsison d’une convection plus faible devrait disparaître.

Le climat a peu à voir avec des processus turbulents qui déterminent le temps à court ou moyen terme. La météo à long termes est basée sur les cycles, ENSO, les événements solaires et le volcanisme qui déterminent l’intensité d’un flux zonal et les positions des ondulations hémisphériques. Le climat dans une large mesure dépend de la disposition des continents, montagnes et océans et des mécanismes de radiations internes et externes et les modèles de circulations résultant sur une période plus longue. A chaque points de la Terre il représente la moyenne de tous les événements synoptiques à une certaine période. Pour comprendre les mécanismes du climat et de la météo il faut le faire avec une logique de physique. Il y a de nombreuses années les experts du climat supposaient qu’un Age de Glace commencerait avec une légère excentricité de l’orbite terrestre et une faible inclinaison de l’axe. La couverture de neige devrait alors rapidement s’étendre du Nord de l’Amérique et de la Scandinavie et produire de plus en plus grands espaces de glaciers. En arctique le froid devrait commençer. Le dernier modèle expérimental ECHAM5 et autres confirment cette position.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site